• Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Bazart Magazine Rencontre La couv' BA été 13 : Sylef

La couv' BA été 13 : Sylef


article paru le jeudi 04 juillet 2013




Sylef, peintre na(rrat)if

De retour chez lui après le vernissage de Timeless voyages, son exposition chez Rebecca Hossack à Londres, Sylvain Lefebvre alias Sylef se prête au jeu de la carte blanche Bazart avant de débuter son prochain travail sur les paysages normands.

Cap sur l’exotisme

Après avoir fréquenté les bancs de l’école supérieure d’Arts Graphiques Penninghen à Londres, puis ceux des Arts déco, Sylef se lance dans une carrière d’illustrateur. C’est en 2001 que la peinture lui tombe dessus : «Un ami galeriste avait un peintre qui s’était désisté, il m’a proposé de faire une trentaine de tableaux et de le remplacer». La suite ? Une expo en entraînant une autre, il se met à gagner sa vie et à recevoir des propositions : «J’intégrais des espaces pour lesquels je faisais des expos sur mesure».

Pour l'expo londonienne, l'artiste est revenu à l’un de ses sujets favoris, celui des bateaux. Après y avoir consacré Les Carnets d’un marin (publié en 2004), il s’est inspiré d’ex-voto maritimes ou mexicains, de scènes de port et de cadres du XIXe siècle qu’il a récupéré.

Du grand large aux cafés du port, on traverse aussi au regard de son œuvre des ambiances latines, exotiques et presque naïves. « Quand j’étais enfant, ma mère voyageait beaucoup au Brésil pour son travail, elle amenait des musiques et des images de là-bas. La maison était remplie d’amis brésiliens loufoques. Quant à mon père, il m’emmenait dans les coulisses de théâtre, de cinéma. Je me suis retrouvé à 6 ans dans celles du Magic Circus, entouré de nains pailletés, de géants, dans un univers fellinien, magique, très riche en poésie et qui, j’en suis convaincu, m’a vraiment formé ».

Des crayons aux pinceaux

Sylef se tourne vers l’illustration dans les années 90 : story-boards pour des clips et illustrations de presse. « Parallèlement à ces petits boulots, je travaillais sur un projet de bande dessinée car je pensais vraiment m’orienter là-dedans ». Le projet ne voit jamais le jour mais lui permet d’acquérir toute une technique : le découpage, la compréhension des entre cases et l’efficacité. Mais il nous confie avoir dû apprendre la peinture : « Ce n’est pas de l’illustration sur une toile et un châssis. C’est l’incertitude qui crée la vibration dans une peinture, à la différence de l’illustration de presse pour laquelle on attend un rendu, une symbiose avec l’article qu’elle accompagnera ».

Il a toutefois conservé de sa carrière d’illustrateur ce rapport texte/image. « Le développement de mon travail passe aussi par de l’écrit, mes écritures engendrent une image, parfois c’est l’inverse ». Sa peinture narrative est chargée de détails, de collages, d’imaginaire et de réel. Il se situe un peu dans la lignée des peintres asiatiques qui se baladent, contemplent, et qui une fois dans leur atelier mettent à plat leur récolte. « Il y a un côté journalistique : ça peut être un point de vue, une ambiance, une odeur, un visuel, une histoire… ».

Et pour ne jamais se lasser, le secret de Sylef est d’évoluer sans cesse : « Il faut se faire surprendre par un tableau, se faire peur.» et il choisit la métaphore maritime : « Quand on traverse un océan, on choisit sa destination, son parcours, mais on n’avait pas prévu cette montée de front chaud, un typhon, alors on change de cap et on arrive quand même à cette exposition prévue ». Avant la prochaine en septembre, il met le cap sur ses vacances… en Normandie ! « Elle fait partie des choses qui m’ont forgé, j’ai besoin d’y retourner. Mon prochain travail tournera autour des paysages normands, de falaises. Cet été je vais faire beaucoup de photos, de croquis d’endroits que j’affectionne, à différents moments de la journée, avec différentes lumières… ». Bon vent, Sylef !

Exposition en septembre à la galerie Corinne Lemonnier au Havre

C/O : galeriecorinnelemonnier.com


La couv’ Bazart : La Gitana

Une seconde vie pour des petits bouts de papier chinés en Andalousie et pour une bague de cigare, qui ont inspiré à l'artiste, ce bateau barré par une femme.

Mise à jour le Vendredi, 12 Juillet 2013 14:07  

Sur l'agenda

<<  Juillet 2020  >>
 Lu  Ma  Me  Je  Ve  Sa  Di 
    1  2  3  4  5
  6  7  8  9101112
13141516171819
20212223242526
2728293031  

LA COUV' DU MOIS

ABONNEMENT