• Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Bazart Magazine Dossier Romain Darrieu, comédien de la Compagnie des Enfants Perdus : Le bonheur est sur les planches

Romain Darrieu, comédien de la Compagnie des Enfants Perdus : Le bonheur est sur les planches


article paru le mardi 30 septembre 2008




Devenir comédien professionnel est une idée fixe depuis qu'il est tout petit. Et à tout juste 16 ans, Romain paraît plutôt bien engagé sur cette voie. Le garçon fait partie de la Compagnie des Enfants Perdus. Cette troupe de théâtre professionnelle, implantée dans l'Orne, au Mêle-sur-Sarthe, et dirigée par Laurent Cottel, fait jouer principalement des enfants sur scène. Romain a rejoint ses rangs à l'occasion du spectacle Corsaires !.

Romain Darrieu, comédien de la Compagnie des Enfants Perdus : Le bonheur est sur les planches


Romain Darrieu, 16 ans, comédien à la Compagnie des Enfants Perdus

Il a passé l’audition pour la pièce en juin 2006. « Je ne connaissais pas bien la compagnie, mais le fait de retrouver Laurent Cottel me rassurait. Je l’avais rencontré à l’occasion d’une première expérience théâtrale dans un atelier à l’âge de 8, 9 ans. » Après Corsaires !, le jeune comédien a joué dans Géant de pierre où il interprétait l’un des rôles principaux, celui d’un enfant qui s’est enfermé dans un monde imaginaire. Et dernièrement il a participé à la présentation de la « maquette » d’une nouvelle création, sur un texte de Jean-Yves Picq intitulé Ces chers enfants perdus dans les neiges éternelles.

Au bout de deux ans d’expérience seulement, Romain semble avoir déjà acquis une certaine maturité professionnelle. En effet, celui-ci mesure bien la part de responsabilité reposant sur les épaules d’un comédien sur un projet et la contribution personnelle que cela implique. « Même si Laurent Cottel est très directif, il nous engage à proposer des choses lors des répétitions. Au départ, j’étais très mal à l’aise avec ça, j’avais peur du ridicule. Il m’a fallu un temps d’adaptation et maintenant ça se débloque. J’ai compris qu’on n’était pas seulement là pour recevoir, mais aussi pour donner. » Tant et si bien que les bienfaits du théâtre sur Romain se font également ressentir en dehors de ce cadre. « Bien entendu, faire du théâtre ne résout pas tout, mais cette activité m’a permis de grandir. Avant Corsaires ! j’étais quelqu’un de très timide. Aujourd’hui, je suis plus ouvert, je participe à la vie de classe et j’essaie d’aller vers les gens que je ne connais pas. »

Un investissement qui en vaut la peine

A la rentrée, il passait en première. Et jusque-là, le lycéen a toujours su gérer son planning entre scolarité et théâtre. Il trouve même le temps de faire du basket en club à côté. Les répétitions ont lieu en dehors des heures scolaires. Les représentations, elles, nécessitent un peu plus de flexibilité. « On ne rate pas souvent de cours mais si c’est le cas, on les rattrape. »

Mais n’aurait-il pas envie, par moments, de profiter autrement du temps qu’il consacre à l’art dramatique ? « Ca peut arriver. Parfois, je préférerais plutôt passer un samedi après-midi de répétition avec la famille ou les copains. Mais on sait dès le départ qu’il s’agit d’un investissement, et quand arrive le moment des représentations, on se rend compte que cela en valait la peine ! » Cet automne, il reprendra d’ailleurs les représentations de Corsaires !. En attendant peut-être d’être retenu dans la nouvelle création de la compagnie. Les auditions auront lieu en octobre. Et Romain est fin prêt.

 

Sur l'agenda

<<  Février 2021  >>
 Lu  Ma  Me  Je  Ve  Sa  Di 
  1  2  3  4  5  6  7
  8  91011121314
15161718192021
22232425262728

LA COUV' DU MOIS

ABONNEMENT