• Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Bazart Magazine Dossier ANDINA CHILI : UN PROJET DE VOYAGE EQUITABLE PRES DE CAEN : El sueño de Guillermo

ANDINA CHILI : UN PROJET DE VOYAGE EQUITABLE PRES DE CAEN : El sueño de Guillermo


article paru le vendredi 13 août 2010




Cela fait quatre ans maintenant qu'il s'est lancé, corps et âme, dans son projet de séjours touristiques. Quatre années qu'il partage sa vie entre la région caennaise et la région du Maule au Chili. Son approche tout autant personnelle qu'équitable propose une immersion dans la culture de son pays et un véritable partage « à la chilienne ».

ANDINA CHILI : UN PROJET DE VOYAGE EQUITABLE PRES DE CAEN : El sueño de Guillermo


 

Fraîchement revenu du Chili, Guillermo Rivas nous raconte avec enthousiasme son dernier séjour. Il est de retour chez lui, à Ifs, près de Caen après quatre mois passés dans sa région du Maule, au centre du pays. Nouveaux contacts, travaux d’aménagement, achats d’équipements… le projet avance. Le président de l’association Andina Chili part chaque année dans son pays natal. « Travailler son réseau de contacts prend du temps. Je me mets notamment en lien avec des gens qui oeuvrent dans le commerce équitable : artisans, agriculteurs, vignerons, apiculteurs, fructiculteurs, etc. »

Le point d’ancrage de ses séjours, destinés à des petits groupes de touristes français et chiliens, n’est autre que la propriété familiale des Rivas, située dans une grande exploitation agricole. Elle sera le camp de base du groupe et le lieu où découvrir les traditions familiales, ainsi que la vie des paysans travaillant sur l’exploitation et les fermes des environs. L’exploitation des Rivas comprend des activités d’élevage, d’apiculture, de viticulture et d’oléiculture. « Les agriculteurs d’ici travaillent dans un mélange de modernité et de rusticité : ils utilisent encore des moyens artisanaux tout en pratiquant une agriculture biologique. »

Le séjour sera également axé autour de la randonnée pour partir à la découverte de la richesse du patrimoine naturel de la région et à la rencontre de ses populations. « On fera des haltes dans des petites auberges chez des paysans et on organisera des rencontres d’artisans et de pêcheurs indiens, dans le Maule et à Araucanía, la région des indiens mapuches. »

Une mauvaise expérience, un élément catalyseur

Le Chilien, installé en France depuis trente ans, a monté son association en 2006. Depuis le début, il est épaulé par Hervé Bernard de l’association caennaise du CITIM*. Intéressé depuis longtemps par le tourisme au Chili, Guillermo a travaillé dans un premier temps comme guide pour le compte d’un tour opérateur. Une expérience dont il garde un goût amer, mais qui déclenchera son envie de se tourner vers le tourisme équitable. « On voyageait en car et on allait passer la journée avec des indiens. On était loin de la réalité. Ce n’était pas du tout ma vision de la rencontre. Et je ne parle pas des conditions de rémunération : l’argent était très mal rétribué. L’approche, fausse et irrespectueuse, m’a choquée. »

Le président d’Andina Chili aménage progressivement la propriété avec l’aide administrative et logistique de la commune de Cauquenes, et le coup de main de ses proches. Mais voilà, l’apport en fonds personnels et l’entraide seuls, ne suffisent pas pour pérenniser le projet. C’est pourquoi son concepteur compte sur des financements de projets soutenus par l’état et des entreprises, mais aussi sur les recettes générées par un autre volet de son projet de voyages, plus rapidement rentable lui. L’ancien coach sportif monte ainsi un produit autour du golf pour une clientèle aisée. « Pour avoir de la trésorerie, il faut également proposer des voyages davantage orientés vers le luxe, donc plus chers. D’où l’idée du golf. »

Contraintes et progrès

Les contraintes de temps et d’argent, la crise économique, le tremblement de terre, la frilosité des autres acteurs du tourisme, les longues et multiples démarches pour convaincre les interlocuteurs sont autant d’embûches rencontrées sur son chemin. « D’un autre côté, je me dis que les choses progressent en termes d’accueil. » Et elles avancent également au niveau des partenariats : pour la prise en charge des billets d’avion, Andina Chili devrait travailler avec Culture au cœur, une petite agence de voyages culturels.

« Le but pour moi c’est d’arriver à faire partir un premier petit groupe l’année prochaine. Ce serait alors la concrétisation d’un rêve… » ¡ Entonces, ánimo y suerte !


*coordination information tiers-monde, membre du réseau Ritimo (réseau des centres de documentation et d’information pour le développement durable et la solidarité internationale)


andinachili.com

 

Sur l'agenda

<<  Septembre 2019  >>
 Lu  Ma  Me  Je  Ve  Sa  Di 
        1
  2  3  4  5  6  7  8
  9101112131415
16171819202122
23242526272829
30      

LA COUV' DU MOIS

ABONNEMENT