• Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Bazart Magazine Dossier JACQUES DUBREUIL : ORGANISATEUR INDEPENDANT DE VOYAGES : L'aventure humaine & humaniste

JACQUES DUBREUIL : ORGANISATEUR INDEPENDANT DE VOYAGES : L'aventure humaine & humaniste


article paru le vendredi 13 août 2010




En transit entre le Pays de Bray et l'Afrique de l'Ouest, Jacques Dubreuil monte des voyages en freelance et accompagne ses petits groupes dans une région de l'Afrique qu'il connaît très bien. Quand voyage rime avec rencontres et humilité.

JACQUES DUBREUIL : ORGANISATEUR INDEPENDANT DE VOYAGES : L\


A mesure que l’on écoute Jacques Dubreuil parler de ses séjours, on vient à comprendre que faire dans la simplicité a tout d’une affaire compliquée ! « Il est beaucoup plus facile d’avoir tout, il n’y a qu’à ouvrir une brochure d’agence de voyage ! » Installé à Mauquenchy dans le Pays de Bray, le travailleur indépendant monte des séjours en Afrique de l’Ouest francophone dans une démarche équitable et d’échange culturel. Ce n’est pas son métier mais une activité menée en parallèle. « Une agence de voyage ne ferait pas ce que je fais. Nous ne sommes pas en concurrence dans la mesure où les produits que je monte ne leur rapporteraient quasiment rien ! » Ses séjours s’adressent à des collectivités territoriales, des comités d’entreprises, des associations et des groupes de particuliers, en Normandie notamment. Un réseau de clients qu’il tisse et consolide depuis une vingtaine d’années, entre autres grâce à son activité professionnelle (la location d’hébergements) et à une ferme de loisirs qu’il a montée chez lui dans le Pays de Bray.

Mettre en place des acteurs locaux

Le Normand a appris à découvrir et connaître une partie du continent africain depuis l’époque de son service militaire effectué au Tchad. Tombé amoureux des cultures africaines et de ses hommes, il n’a cessé d’y retourner. En se lançant dans cette aventure, il voulait monter un produit touristique qui mette en place des acteurs locaux et s’appuie sur un rapport de proximité. L’un de ses premiers contacts sur le sol africain fut Issa à Sokone, une commune du delta du Saloum, dans le sud du Sénégal. Il avait le projet de construire un petit campement. « Je lui ai juste mis le pied à l’étrier en voyant avec lui ce qu’on pouvait faire en termes d’équipement pour accueillir mes clients. Depuis il a pris son envol, crée une vingtaine d’emplois et travaille neuf mois dans l’année. Et son activité fonctionne toujours à petite échelle, loin des usines à gaz ! »

De fil en aiguille, Jacques Dubreuil a rencontré d’autres porteurs de projets et d’autres organisateurs de voyages, comme lui en freelance. Aujourd’hui, il monte des séjours au Sénégal, en Mauritanie, au Bénin, au Maroc, et peut-être bientôt au Mali où il se rend régulièrement pour développer des contacts.

« Je pense que le touriste devrait toujours avoir de grandes oreilles, de grands yeux et une petite bouche ! »

Les activités proposées durant le séjour ont pour objectif de faire découvrir la richesse du patrimoine des populations et des territoires visités dans l’idée de revaloriser les pratiques culturelles, en prenant bien garde d’éviter le folklore. « En tant qu’accompagnateur, j’essaie de pousser plus loin la discussion avec les guides sur des sujets que n’osent pas forcément aborder les étrangers, comme les initiations par exemple. Jamais pour juger, mais pour comprendre les raisons philosophiques, spirituelles, etc. de ces traditions. Je pense que le touriste devrait toujours avoir de grandes oreilles, de grands yeux et une petite bouche ! »

Réfléchir sur tout avant d’agir

Et au cœur de ces séjours, il y a les rencontres. Faire se rencontrer des vies, des cultures, des idées, des expériences : voilà sa vision d’un tourisme qu’il veut humaniste. « J’organise par exemple des réunions avec les chefs de village, les instituteurs afin qu’ils exposent leurs idées, que les habitants parlent de leur façon de vivre et de leur quotidien au groupe de voyageurs. On a tellement à apprendre d’eux ! » Quand les échanges débouchent sur d’éventuelles participations à des projets de solidarité, Jacques Dubreuil n’hésite pas à briefer les membres de son petit groupe pour leur éviter de s’engager dans des projets contre-productifs. Il en va de même pour les dons. « Il faut faire très attention, réfléchir sur tout. Sans ça, on peut foutre en l’air une économie locale. »

Participative, humaine et exigeante en tous points : c’est bien une expérience à part que propose Jacques Dubreuil…  Quand on vous disait que faire simple c’était compliqué !


voyages-insolites.fr


Légende : Bénin, les cases en pays Somba

 

Sur l'agenda

<<  Décembre 2019  >>
 Lu  Ma  Me  Je  Ve  Sa  Di 
        1
  2  3  4  5  6  7  8
  9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031     

LA COUV' DU MOIS

ABONNEMENT