• Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Bazart Magazine Dossier PREAMBULE : ENTRE TOURISME DE MASSE ET PRISE DE CONSCIENCE : Voyager autrement

PREAMBULE : ENTRE TOURISME DE MASSE ET PRISE DE CONSCIENCE : Voyager autrement


article paru le vendredi 13 août 2010




A l'heure où certains bouclent leurs valises et branchent leur GPS, et d'autres s'interrogent encore sur leur destination estivale, ce dossier a pour objectif de montrer que des alternatives au tourisme traditionnel existent.

PREAMBULE : ENTRE TOURISME DE MASSE ET PRISE DE CONSCIENCE : Voyager autrement


Le tourisme est la première activité économique mondiale avec 700 millions de personnes qui voyagent chaque année. Elle représente 12% du PIB mondial, crée 8% d’emplois et prévoit 1,1 milliard de voyageurs cette année et 1,6 milliard en 2020 (source : Organisation Mondiale du Tourisme). Face à cette montée en puissance, on peut s’interroger sur les problématiques engendrées à l’échelle planétaire…

L’hyperconcentration des infrastructures touristiques qui détériorent leur environnement et forcent des populations à quitter leurs terres, la disparition des espèces animales et végétales, la pollution provoquée par l’important trafic aérien, la surconsommation d’eau, la mauvaise redistribution des richesses entre les pays émetteurs de touristes, majoritairement au Nord, et les pays « exotiques » qui les accueillent, majoritairement au Sud, la flambée de la mendicité infantile ainsi que de la prostitution… Voilà une toute petite partie des maux causés par la tourisme de masse qui peuvent inciter à s’orienter vers des alternatives à ce mode traditionnel.

Attention aux dérives…

Phénomène encourageant : l’impact à long terme que l’attitude de chaque touriste peut avoir sur les populations et le développement économique du pays visité est un aspect de plus en plus pris en compte par un nombre croissant de voyageurs. D’où l’émergence depuis quelques années d’un tourisme dit « plus responsable » et durable. Qu’il soit éthique, équitable, écologique, solidaire ou socioculturel, ce tourisme repose sur l’aide au développement local ainsi que le respect des populations et de l’environnement du territoire d’accueil.

Cependant, comme tout phénomène « de mode », celui-ci fait parfois l’objet d’une récupération à des fins commerciales. Parmi toutes ces pratiques émergentes, il est donc parfois difficile de s’y retrouver et de séparer ce qui relève vraiment d’une démarche « écotouriste » de ce que certains nomment un « greenwashing » permettant à l’industrie du tourisme de s’assurer un vernis écologique à bon compte. Idem pour le tourisme solidaire. Si l’on ajoute à cela, l’absence de label officiel, l’affaire se complique !

Particuliers et associations à l’initiative

Pour préparer ce dossier, nous avons donc fait appel aux conseils d’organismes reconnus pour leur intégrité et leur expertise dans leurs domaines respectifs, comme l’ATES* sur le plan national, ou l’ARDES* et l’ADRESS en région, afin de trouver en Normandie des initiatives menées par des structures associatives ou de simples particuliers, sur le territoire normand ou à l’étranger.

Les rencontres allaient se montrer à la hauteur de nos espérances : nous allions trouvé des gens passionnés, investis et des projets qui font sens. Avis à tous ceux qui sont en quête d’un autre voyage…


M.W. & V.B.


*ATES : Association pour le tourisme équitable et solidaire

*ARDES : Association régionale pour le développement de l'économie solidaire en Basse-Normandie

*ADRESS : Agence pour le développement régional de l'économie sociale et solidaire en Haute-Normandie

 

Sur l'agenda

<<  Juillet 2019  >>
 Lu  Ma  Me  Je  Ve  Sa  Di 
  1  2  3  4  5  6  7
  8  91011121314
15161718192021
22232425262728
293031    

LA COUV' DU MOIS

ABONNEMENT