• Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Bazart
Bannière

La couverture Bazart mag 4 : Alfredo Lopez


article paru le lundi 15 mai 2006




Alfredo Lopez peint les femmes car il les aime... Belles déclarations que ces peintures vives, gourmandes et irisées où le quotidien est scénarisé et sublimé ! Cet amoureux de la vie nous rappelle dans chacune de ses toiles que le bonheur doit se vivre ici et maintenant... C'est à l'occasion des 1 an de la galerie caennaise, La Côte Rouge que nous avons partagé avec cet épicurien, un p'tit instant de plaisir artistique.


La couverture Bazart mag 4 : Alfredo Lopez


Croquons la pomme
Alfredo Lopez croque la pomme avec avidité. Ce contemporain raconte ce qui l'entoure, il dépeint les petits moments de la vie avec humour, poésie et une prodigieuse gourmandise. "Mon inspiration puise ses racines dans notre réalité
quotidienne, cueille les petits fruits, prend le jus, laisse fermenter, bonifier, pour tacher d’obtenir un mélange de parfums sucrés avec une petite pointe de goût amer." Alfredo nous invite à regarder par le petit bout de la lorgnette. Ainsi, il présente la femme moderne qui réalise en 15 minutes le repas du soir avant le bain, les devoirs et le dernier bisou. Instants anodins dont il nous rappelle l'importance et la superbe.
L’ensemble de tous ces petits regards que sont chacune de ses toiles donne un portrait fidèle de ce que nous sommes. "Je travaille pour les martiens, pour qu'ils sachent qui nous étions", avoue-t-il. Ces hommes venus d'ailleurs auront une large vision de la femme. Maman, amante, impératrice des chats, parisienne, épouse, cueilleuse de carottes ou encore glandeuse aux oranges, la femme est le modèle privilégié de ce peintre-graphiste. "Je les aime ! Et c'est aussi un plaisir de la représentation", ajoute-t-il. De plus, il considère que la femme est mieux faite pour vivre aujourd'hui dans notre société de communication, où, dit-il, la force ne sert à rien. Les enfants ont également une place prépondérante dans ses oeuvres, ils savent vivre de suite. "On a envie de leur dire, à la manière de la chanson des Rita Mitsouko, profite, profite, car le monde des adultes c'est chiant".

L'envol
Le monde des enfants est privilégié dans cette toile
présente dans la série "Bascule". C'est le moment où tout peut changer. "Pendant que les gamins sont prêts à se lancer, où ils sont dans le plaisir, la maman, elle, ne l'est pas, elle se dit que le temps passe et que ses enfants, un jour partiront...", commente Alfredo. Son envol, c'est à l'aube de la quarantaine, que cet oiseau-là, le prend. En effet, après avoir été graphiste indépendant, puis chef de l'entreprise de communication qu'il fonde, Alberto décide de se consacrer entièrement à son loisir du dimanche : la peinture. "Je ne me reconnaissais plus dans ce rôle de manager où je ne pouvais plus créer". Ainsi, il prend quelques cours du soir afin d'apprendre les méthodes artistiques basiques et se lance, avec succès, à la rencontre du public. Présent dans de nombreuses galeries, il expose d'une façon permanente au sein de la galerie caennaise, La Côte Rouge (voir encadré).
De plus, cet amoureux de tous les plaisirs, présente actuellement une série de toiles portant le nom de vins. En effet, accompagné par l'oenologue Gildas Royer, ils ont tenté de traduire la richesse des sensations que
procure la dégustation des vins. De cet échange de
sensibilités et d’imaginaire sont nés une douzaine de portraits de femmes symbolisant des terroirs plus ou moins connus qu'ils ont appelé : Fruits fermentés que feront femme monter. Pour lui, les correspondances Vin, Peinture, et Femme s’établissent. "C'est la même chose, ça touche au même endroit." Nous en tous les cas nous sommes touchés par ce jouisseur, de talent !
N.F

C/O : www.lopezalfredo.com

"Fruits fermentés que feront femme monter"
du 1er avril au jeudi 27 juillet 2006.
Galerie Api'Art - Cidrerie traditionnelle du Perche
61260 L’Hermitière

Le premier regard de Sophie Gallou Une femme (à nouveau), intervient dans l'oeuvre d'Alberto Lopez. En effet, à sa demande, sa compagne porte un premier regard sur ses toiles et exprime par ses écrits sa propre lecture. Cet exercice de style proposé devient en fait une oeuvre à part entière. Ses écrits beaux, ironiques et réalistes s'émancipent et nous témoignent d'une profonde sensibilité. “L'envol” 12 ans demain et des envies d’autonomie, de découverte et de voyage 40 ans tout rond et des rêves très similaires, moins exprimés mais bien réels. Tu veux conquérir le monde, moi je ne l’ai pas fait. Quand tu t’envoleras, s’il te plait, emporte un peu de moi …
 
Bannière

Sur l'agenda

<<  Septembre 2017  >>
 Lu  Ma  Me  Je  Ve  Sa  Di 
    
11
272830 

LA COUV' DU MOIS

ABONNEMENT