• Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Bazart

La couverture Bazart mag


article paru le lundi 18 juillet 2005




Sabine mène l'enquête... Passionnée de littérature et d'art plastique, Sabine Turpin sait lier ces deux domaines pour créer des oeuvres touchantes et délicates. Sa Une est librement inspirée du premier roman policier d'Handke : « Le colporteur » où elle y joue une fervente enquêtrice. Elle nous présente donc enfin ses 11 indices cet été au restaurant « Au coin Galerie », lieu qui lui ressemble : gourmand, avide et qui nous révèle de belles surprises.



La couverture Bazart mag


Après 5 ans passé à l'école des Beaux arts d'Angers, Sabine travaille avec Frédéric Clément dans la réalisation de maquettes de livres. Cette première expérience dans le domaine de la littérature lui révèle sa passion qui restera très prégnante dans son travail. Puis, il y a 11 ans, elle propose à sa ville natale, Gonfreville l'Orcher (agglomération du Havre), un projet de communication graphique et visuelle. « Je trouvais que la communication pouvait mettre en valeur et démarquer cette ville qui peut paraître un peu rude, extérieurement ». Non sans mal, elle impose une identité déroutante, ludique, avec des titres surdimensionnés, des jeux typographiques, un papier noir et un tirage proche du fanzine. Aujourd'hui réveillée subitement par le démon de l'art, elle exhume ses propres oeuvres avec plein d'enthousiasme et de vie !


Pourquoi cette envie soudaine de présenter enfin tes oeuvres personnelles ?

Pendant 5 ans j'ai essayé d'entretenir ma pt'ite cuisine. J'ai peint, déssiné, j'ai accumulé des mélanges de produits, des dépôts de matières et des oeuvres. Aujourd'hui, j'éprouve le besoin d'avoir un retour sur celles-ci. Je veux savoir de quelle manière les gens perçoivent mes travaux. Seuls mes proches les ont vus, je n'ai pas pu leur cacher, si j'avais pu je l'aurais fait, car je doute beaucoup de moi. Mais, ils ont aimé et m'ont encouragé. Ainsi, en fonction du retour, je verrais si je joue l'audace à fond la caisse, ou si je reste dans mon petit coin...


Qu'est-ce qui inspire tes oeuvres ?

Mes travaux sont pour la plupart liés à la littérature qui fait totalement partie de ma vie au même titre que l'art plastique. Les écrivains qui me passionnent sont un peu particuliers. Il ne se passe pas forcément grand chose dans leurs textes mais ils nous emmènent dans des univers où ils livrent des indices, mais pas trop, permettant à l'imaginaire de s'évader. Il y a entre autre Peter Handke qui a inspiré mon exposition, ou encore Rainer Maria Rilke, Marcel Cohen, Sarraute, Gelineck... Mais, j'aime également les dessins à l'encre. J'ai réalisé un travail qui s'appelle : « Silence claquemuré » (d'après Miroirs de Marcel Cohen). Il regroupe de grands dessins très violents. J'ai en moi ce besoin d'évacuer cette violence. Les dessins me le permettent. Et, je suis passionnée par le temps également ! J'ai réalisé des petits formats de 10cm sur 10cm et de 30cm sur 30cm, ceux-ci sont usés, laminés par une sorte de bronze, tandis que la série de petits est marquée par des rouages, trajectoires, calculs qui semblent appréhender et saisir l'insasissable : le temps.


Comment est né « Le Colporteur », la peinture que tu présentes à la Une du magazine ?

La couverture est l'un des morceaux d'illustration du chapitre IV du Colporteur de Peter Handke. Dans « Le colporteur », j'avais envie de faire comme si j'étais l'enquêtrice et comme si c'était moi qui mettais à plat tous mes indices. Donc, dans le cadre de cette expo, je présente onze documents, qui sont une suite d'indices s'appellant chacun : « On examine ». Ils seront exposés « Au Coin Galerie », ce restaurant-galerie au bord de plage du Havre et également au salon de coiffure Moustach' à Montivilliers. Je trouve cela très rigolo d'exposer là bas, j'imagine les gens manger ou se faire shampooinner et découvrir mes oeuvres, cela me fait rire... Ce qui m'intéresse c'est tout simplement de toucher les gens, qu'ils s'arrêtent devant et soient touchés...


Tes prochains travaux seront à nouveau liés à une oeuvre de Peter Handke ?

Non, je ne pense pas, cette expo met un peu un point final à mon histoire avec Handke en ce qui concerne l'art plastique, en tous les cas. Je continuerais bien entendu à lire avec délice ses romans. Mais, j'ai d'autres univers littéraires à explorer, par exemple j'aime énormèment la violence de Gelinek. J'aime ses parcours et ses errances. J'explore également l'écriture mais là c'est très secret, je ne montre mes textes à personne, mais mon rêve est de faire un livre, un seul, pas deux pas trois, un seul !! Mais, avant je vais exposer, faire vivre mes petits boulots et continuer à créer !


« Le Colporteur » Du 1er au 15 août au Coin Galerie sur la plage du Havre et le salon de coiffure Moustach' – place François Mitterrand - Montivilliers - C/O : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.


 

Sur l'agenda

<<  Novembre 2019  >>
 Lu  Ma  Me  Je  Ve  Sa  Di 
      1  2  3
  4  5  6  7  8  910
11121314151617
18192021222324
252627282930 

LA COUV' DU MOIS

ABONNEMENT