• Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size
Bazart

La couv' BA 188 : Jean-Loup Chastres


article paru le lundi 04 mai 2015




Jean-Loup Chastres, le peintre du Sahara

Il aime le silence du désert, le vent des sables, les couleurs du Hoggar algérien, les silhouettes qui se fondent dans des paysages sans artifice, entre pierre ocre et ciel azur. Voilà une éternité qu’il rend hommage à cette terre qui l’a accueilli pour dessiner inlassablement sa propre histoire, sur un espace vierge.

De Paris qui l’a vu naître, il ne lui reste que l’école des Arts appliqués en héritage… Depuis, Jean-Loup a baroudé quelques années en Afrique et aux îles Canaries. Revenu de cet exil choisi, il s’est installé, à la faveur du hasard, au Havre avec sa compagne. Il a travaillé un temps comme éducateur spécialisé mais sans jamais quitter ses pinceaux, son moyen d’expression favori

.

L’Afrique en boucle

Aux temps des vaches maigres, il utilisait une peinture acrylique pour bâtiment et créait ses mélanges avec des fonds de pot. Si aujourd’hui il peut s’offrir des tubes, son credo reste le même : dessiner au gré de son imagination, des traits, des tâches, qui prennent forme en une polyphonie de couleurs chamarrées et qui, immanquablement, le ramènent dans le Sahara et en Maurita

nie. Une peinture construite tel un patchwork, où des villages de casbahs, des oasis et des cieux apaisés émergent de ses tableaux. Point de visage mais des silhouettes : là-bas, on se voile pour se préserver du soleil et des tempêtes de sable… Une peinture ni figurative, ni abstraite, mais automatique qui rappelle à bien des égards celle du peintre expressionniste qui l’inspire, Paul Klee. Il peut pousser la pulsion au point de dessiner un personnage sur un bloc, qu’il reproduit page après page les yeux fermés jusqu’à trouver la forme idéale… « Pour que ce ne soit pas la raison seule qui décide mais aussi la main. »

Pour ne pas « tourner en rond », il se lance dans la gravure, plus immédiate. Ses nouveaux supports d’inspiration sont la pierre et le bois flotté. Il réalise ses empreintes sur du papier japonais froissé qui laissent apparaître des signes et des paysages sortis de la préhistoire. Pour toucher du doigt ses rêves éveillés, le mieux c’est de passer à son atelier !

Aurèle Ricard

 

La couv’ : Pays d’ocre est une acrylique représentative de son travail en damier, qui nous plonge dans une vision africaine symbolique et organique.


C/O : jean-loup-chastres.fr

Mise à jour le Mercredi, 06 Mai 2015 16:58  

Sur l'agenda

<<  Octobre 2019  >>
 Lu  Ma  Me  Je  Ve  Sa  Di 
   1  2  3  4  5  6
  7  8  910111213
14151617181920
21222324252627
28293031   

LA COUV' DU MOIS

ABONNEMENT